jeudi 21 mai 2015

Les Sullivan, tome 2 : Une nuit et puis… – Bella André

J’ai découvert il y a plus d’un an (après vérification c’était il y a près d’un an et demi), le premier frère Sullivan. J’avais apprécié ma lecture mais comme souvent, je laisse trainer les suites de saga. Grâce à Ussy, il est arrivé dans ma Pal en Mars et c’est encore grâce à elle, qui m’a choisi ce livre pour ce mois-ci, qu’il en sort.



Résumé (présentation de l’éditeur) :
Après un cuisant échec sentimental, Marcus, le frère ainé des Sullivan, décide de repartir de zéro. Fini les femmes coincées et les relations longue durée, place désormais au sexe débridé ! Dans une boite de nuit de San Francisco, il fait la rencontre de la superbe Nicola. Sexy à souhait dans sa robe de cuir, l’allure irrésistiblement sauvage, n’est-elle pas exactement celle qu’il recherche ? Marcus est déterminé à ne pas s’attacher, elle de même. Aussi décident-ils de s’enivrer l’in de l’autre, le temps d’une unique nuit de passion. Or, l’attirance entre eux pourrait bien se révéler trop forte pour qu’ils résistent à l’envie de se revoir…


Première phrase :
« Marcus Sullivan était chargé d’une mission. »


Nombre de pages :
J’ai lu : 318 pages.


Mon avis :
Ici, pas de problème de souvenirs liés au premier tome. En effet, bien que le personnage principal appartienne à la même fratrie que celui du premier tome et qu’on l’ai déjà croisé, il n’est pas nécessaire d’avoir lu les aventures de Chase pour comprendre et apprécier celles de Marcus. Il y a quelques rappels mais ils pourraient tout aussi bien s’agir d’information que l’on a pas eu dans le précédent tome, cela ne change rien.

Marcus est déçu par l’amour. A 36 ans, cet homme tendre, protecteur et un brin possessif envers ce qu’il aime, vient de trouver sa compagne, depuis plus de deux ans, au lit avec un autre. C’est l’électrochoc qui lui fallait. Il était seulement amoureux du fait d’être dans une relation stable, il ne l’aime pas elle. Décidé à l’oublié, il choisit d’aller en boite pour rencontre une inconnue dans le but de passer une torride avec elle puis plus rien. Evidemment, le destin va en décider autrement...
Marcus n’a rien d’exceptionnel par rapport aux autres personnages masculins des romances contemporaines. Son histoire est touchante, on voit bien que c’est un homme dévoué à ceux qu’il aime. C’est principalement ce point de sa personnalité qui le rend touchant et séduisant. Après, il est trop vieux pour que je puisse être totalement charmée par lui…

Nicola est une jeune femme de 25 ans qui semble tout avoir dans la vie. Elle est séduisante, célèbre, elle fait la une des journaux people régulièrement, son single est dans le top 40, sa tournée va se faire à guichet fermé… Le problème c’est que suite à une erreur sentimentale, elle a une réputation sulfureuse qu’elle a vraiment du mal à accepter. Alors qu’elle est seule dans sa suite, un vendredi soir, elle décide de sortir boite et de rentrer dans le moule de l’image la star sulfureuse qu’on lui donne : pourquoi ne pas repartir avec un homme et passer une nuit torride avec lui puis disparaitre et ne plus entendre parler de lui ? Evidemment, le destin va en décider autrement…
Nicola est une jeune femme touchante de par ses doutes et ses peurs. Elle aimerait que les gens la voit telle qu’elle est et non pas comme la chanteuse sulfureuse qu’on décrit dans les médias.

L’histoire entre ses deux personnages se lit vraiment bien. Même si on imagine aisément la fin, on est curieux de savoir comment on va y arriver. Comment deux personnes si différents vont bien pouvoir réussir à vivre ensemble ?
Bien que le sexe soit présent dans cette romance, il est écrit de façon très simple, sans description ni répétition inutiles. Les scènes sonnent vraies hormis une qui n’a, pour moi, aucun intérêt…
Par contre, à de nombreux moments, j’ai trouvé que la relation entre les deux personnages sonnaient fausses. Tout va assez vite, désolée mais je ne suis encore jamais tombée follement amoureuse juste par un regard. Avoir été séduite oui mais tombée amoureuse non… Je crois que c’est ce que je reproche vraiment aux romances en ce moment, les auteures cherchent à nous faire rêver mais elles en font souvent bien trop…

Pour conclure, j’ai passé un agréable moment en compagnie de Nicola et Marcus. C’est avec plaisir que je découvrirai les aventures de Gabes, le troisième frère Sullivan qui m’a l’air vraiment sexy...


L’auteure (présentation de l’éditeur) :

Californienne, Bella André a été saluée par la critique pour ses romances d’une grande sensualité. Ses livres figurent parmi les meilleurs ventes du New York Times.

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à aller faire un tour sur :
sa page Facebook (en anglais)
son site internet (en anglais)


La maison d’édition :

« Créées en 1958, les éditions J'ai lu publient chaque année plus de 400 nouveautés au format poche. La variété des titres et des genres, qui fait la richesse du catalogue, répond à l'ambition de J'ai lu d'offrir au plus grand nombre un panorama des différentes littératures actuelles.
Ainsi, autour de la littérature générale qui accueille des auteurs français et étrangers, classiques ou contemporains, J'ai lu propose de la science-fiction, du fantastique, du policier, des romans sentimentaux, de l’ésotérisme, du bien-être et des romans érotiques.
Les ouvrages J'ai lu sont disponibles dans les librairies, les points de vente spécialisés et les grandes surfaces, ainsi que sur les sites Internet de vente de produits culturels. »

Pour en savoir plus, rendez-vous sur :
la page Facebook
le site internet


Pour découvrir d’autres avis sur ce livre, je vous donne rendez-vous chez : 


  

mardi 19 mai 2015

Drew et Fable, tome 3 : Trois secrets entre nous – Monica Murphy

Retour à la romance avec une suite de saga…




Résumé (présentation de l’éditeur) :
J’ai désespérément besoin d’elle. Si elle s’en allait, j’aurais l’impression de perdre une part de moi-même. Je crois que je suis amoureux d’elle, malheureusement j’ai le don de faire du mal à ceux que j’aime. Je ne peux pas lui infliger ça, mais je ne peux pas non plus la laisser s’en aller.
Incapable de faire le deuil de son frère, Jen décide de couper les ponts avec sa famille et de devenir strip-teaseuse pour assurer sa subsistance. C’est alors que Colin, le meilleur ami de son frère, refait surface. Cet homme providentiel l’aide à se tirer d’affaire et lui propose un poste de serveuse dans son prestigieux restaurant. Elle se sent terriblement attirée par son protecteur, mais ce dernier lui cache de sombres secrets qui le réveillent chaque nuit. S’il refuse de lui révéler ce qui le hante, toute relation entre eux est impossible. S’il l’aime vraiment, il sait ce qui lui reste à faire.


Première phrase :
« Je n’ai pas envie de la laisser partir. »


Nombre de pages :
Milady : 264 pages.


Mon avis :
Comme pour toutes les romances, en général, je n’attendais rien de spécial de ma lecture hormis le fait de passer un moment sympathique et sans prise de tête.
De ce point de vu, ce roman est réussi. En effet, j’ai passé un agréable moment en compagnie de Jen et Colin même si leur histoire ressemble beaucoup à celle de Drew et Fable.

Maintenant que Drew et Fable vivent le parfait amour, l’auteure se penche sur les deux personnages qui ont fait leur apparition dans le tome précédent : Jen et Colin. Ainsi, si vous n’avez pas lu les aventures de notre premier couple, pas de soucis vous pouvez découvrir ces deux nouveaux tourtereaux.
Nous avons commencé à découvrir Jen et Colin dans le livre précédent mais ici nous apprenons à les connaître un peu plus, nous découvrons leur passé, leur peur et leur secret. En parlant de secret, je suis assez septique concernant le titre. Si il est bien question d’un secret concernant le passé de Jen, je ne vois pas très bien quels sont les deux autres secrets… Certes, il y a bien trois choses qui posent problème au sein de la relation entre Jen et Colin mais je ne trouve pas que deux d’entre elles puissent vraiment être nommées secrets…
Ces deux personnages sont très attachants, on a souvent envie de leur botter les fesses pour qu’ils ouvrent les yeux mais qu’est-ce qu’on aimerait être à leur place…

Je le disais, leur histoire ressemble beaucoup à celle de Drew et Fable. Ils ont tous les deux envies d’être ensemble mais leurs histoires personnelles les empêchent d’accepter leur attirance respective et de profiter du présent. Du fait de la connaissance du schéma, il y a peu ou pas de surprise dans la lecture mais ça ne l’empêche pas d’être agréable.
Un petit bémol malgré tout, ça avance très lentement au début et tout d’un coup tout va très vite entre eux. Je trouve que ça sonne faux et ça m’a un peu dérangé.

Concernant le style de l’auteure, il est agréable à lire. J’apprécie l’alternance de point de vu même si ce choix entraine de nombreuses répétitions dans les scènes présentées.

Pour conclure, une lecture agréable. Je ne pense pas qu’un second tome sur Jen et Colin soit nécessaire mais quoiqu’il en soit je lirais le prochain tome de cette saga si il y en a un.


L’auteure (présentation de l’éditeur) :

Monica Murphy adore écrire des histoires de garçons et de baisers. Elle raffole des livres qui parlent de garçons et de baisers. Heureusement, son obsessions lui laisse parfois un peu de répit, et elle coule des jours paisibles en Californie, en compagnie de son mari et de ses enfants.


Pour en savoir plus, n’hésitez pas à aller faire un tour sur :


La maison d’édition :

« Le label Milady a été créé par les éditions Bragelonne le 6 juin 2008. Il est spécialisé comme la maison mère dans la publication de livres de fantasy, de terreur et de science-fiction. Il publie des titres en grand format et en poche, des textes inédits, des rééditions et des licences. »

Pour en savoir plus, rendez-vous sur :


Pour découvrir d’autres avis sur ce livre, je vous donne rendez-vous chez : 




Merci aux éditions Milady et à Aurélia pour leur confiance et l’intérêt qu’ils portent à Ma bibliothèque virtuelle.


jeudi 14 mai 2015

Central Park – Guillaume Musso

Guillaume Musso fait partie de ces auteurs que j’aime lire même si généralement chaque livre est vite lu mais aussi vite oublié. Du coup, je profite qu’une amie me les prête pour les lire.



Résumé (présentation de l’éditeur) :
Alice et Gabriel n’ont aucun souvenir de la nuit dernière…
… pourtant, ils ne sont pas près de l’oublier.
New York, huit heures du matin. Alice, jeune flic parisienne, et Gabriel, pianiste de jazz américain, se réveillent menottés l’un à l’autre sur un banc de Central Park.
Ils ne se connaissent pas et n’ont aucun souvenir de leur rencontre. La veille au soir, Alice faisait la fête avec ses copines sur les Champs-Elysées tandis que Gabriel jouait du piano dans un club de Dublin.
Impossible ? Et pourtant…
Les questions succèdent à la stupéfaction. Comment se sont-ils retrouvés dans une situation aussi périlleuse ? D’où provient le sang qui tache le chemisier d’Alice ? Pourquoi manque-t-il une balle dans son arme ? Pour comprendre ce qui leur arrive et renouer les fils de leurs vies, Alice et Gabriel n’ont pas d’autre choix que de faire équipe. La vérité qu’ils vont découvrir va bouleverser leur existence…


Première phrase :
« D’abord le souffle vif et piquant du vent qui balaie un visage. »


Nombre de pages :
XO éditions : 383 pages.


Mon avis :
En commençant ma lecture, je ne m’attendais pas du tout à un tel dénouement. Guillaume Musso a réussi à me surprendre, à m’embarquer dans l’aventure bien étrange de Gabriel et Alice.

Imaginez que vous vous réveillez sur un banc, menotté à un inconnu. De plus, vous êtes dans un pays étranger et vous ne vous vous souvenez absolument de comment ni pourquoi vous êtes arrivé là. Ca sonne un peu comme Very bad trip, non ?
C’est ce que vive Gabriel et Alice dans ce roman. Heureusement pour eux, Alice, est une femme flic, elle a donc des ressources et l’habitude des situations un peu étranges…
Tout au long de ce périple qui a pour issu la vérité, nous apprenons à connaître les personnages, nous essayons de comprendre ce qui leur arrive. Si, parfois l’auteur nous oriente vers certaines pistes, j’étais bien loin d’imaginer une telle explication.

Alice, est une jeune femme a qui vraiment la poisse. Après avoir perdue son fils et son mari le même jour, elle se retrouve amnésique et en compagnie d’un inconnu. Peu à peu, elle se dévoile à cet inconnu et par la même occasion au lecteur. C’est un personnage très attachant, on a envie de l’aider, de la voir heureuse.
Gabriel est plus énigmatique, il faut attendre la dernière partie du roman pour découvrir qui il est, pour le connaître réellement car jusque-là ce ne sont que des brides d’informations qu’il nous livre. Ca ne le rend pas moins attachant juste très mystérieux et attirant.

Guillaume Musso a su écrire de façon très astucieuse ce roman. Il emporte le lecteur dans une histoire à laquelle il ne s’attend pas. J’ai retrouvé l’addiction à la lecture que j’avais eue avec La fille de papier. On ne s’ennuie pas une seconde et on a très envie de savoir où tout ça va nous mener. Le suspense est présent du début à la fin, les rebondissements fréquents empêchent qu’on se lasse de cette histoire bien mystérieuse. On est sûr qu’il y aura un dénouement mais lequel ?

Pour conclure, un roman addictif où tout peut arriver sauf ce que l’on a prévu.


L’auteur (présentation de l’éditeur) :

Né en 1974 à Antibes, Guillaume Musso rencontre la littérature à dix ans, passant une bonne partie de ses vacances dans les murs de la bibliothèque municipale dirigée par sa mère.
Il commence à écrire lorsqu’il est étudiant. A 19 ans, fasciné par les Etats-Unis, il séjourne plusieurs mois à New York et dans le New Jersey. Il y travaille comme vendeur de crèmes glacées et cohabite avec des travailleurs de toutes nationalités. Il dit avoir beaucoup appris de cette période. En tout cas, il rentre en France avec des idées de romans plein la tête.
Il passe une licence de sciences économiques et réussit le Capes de sciences-éco, pour exercer avec conviction le métier de professeur.
Après un accident de voiture, il débute l’écriture d’une histoire ayant pour point de départ une Expérience de Mort Imminente vécue par un enfant. Et Après… sort en librairie en janvier 2004.
Porté par une atmosphère unique et une écriture moderne, le roman séduit les lecteurs dès sa parution. Grâce au bouche à oreille, il sera vendu à près de trois millions d’exemplaires dans le monde et traduit dans une vingtaine de langues...

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à aller faire un tour sur :
sa page Facebook
son site internet


La maison d’édition :

« La vocation des Éditions XO, lancées début 2000 par Bernard Fixot, est à la fois simple et ambitieuse. Simple parce qu’il s’agit de publier peu de livres, afin de prendre le temps de s’en occuper ; ambitieuse, car Bernard Fixot souhaite toucher un large public, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des frontières françaises. »

Pour en savoir plus, rendez-vous sur :
la page Facebook
le site internet


Pour découvrir d’autres avis sur ce livre, je vous donne rendez-vous chez : 


mardi 12 mai 2015

Hackoeurs - Collectif

J’apprécie lire des livres sur les nouvelles technologies et l’impact qu’ont celles-ci sur notre vie. C’est pourquoi lorsque Babelio m’a proposé de découvrir ce livre lors d’une masse critique spéciale, je me suis laissée tenter…



Résumé (présentation de l’éditeur) :
Vous pensez que les rencontres amoureuses sur Internet, c'est :
- Débile
- Dangereux
- A tenter
- Vous vous en fichez 
Ouvrez ce livre, vous allez changer d'avis.
Dans ce recueil, les pirates écument les mers des amours virtuelles. Les faux profils vous guettent. Une intelligence artificielle vous parle. Le coup de foudre est à portée de clics.
Ou presque...


Première phrase :
« Félicitation ! »


Nombre de pages :
Hackoeurs : 152 pages.


Mon avis :
Je pensais lire un essai sur la place de l’amour dans le monde virtuel ou la place du virtuel dans l’amour… J’étais totalement à côté de la plaque.
En effet, il s’agit d’un recueil de 23 nouvelles qui parlent plus ou moins d’internet et de l’amour. Certaines nouvelles sont liées entre elles, d’autres sont totalement indépendantes. Au milieu de ses nouvelles, il y a un peu de poésie. Ces histoires nous emmènent dans le présent mais aussi dans le futur. Si il est aisé de savoir que certaines se passent dans le présent ou dans le futur, il est plus compliqué pour certaines d’entre elle de le savoir.

Hormis le fait que ce livre n’est absolument pas ce à quoi je m’attendais, j’ai été déçue par nombreux des textes. Plusieurs m’étaient totalement incompréhensible, je n’ai pas compris l’histoire ni même le lien avec l’amour…

Un petit côté sympa pour ce livre qui reprend parfois le fonctionnement des livres dont on est le héros en nous proposant de choisir entre plusieurs mots pour choisir la prochaine nouvelle que nous lirons. J’ai fait le choisir de lire les nouvelles dans l’ordre mais j’ai trouvé cette proposition sympa et intéressante.

Pour conclure, une lecture différente de ce que j’attendais.


La maison d’édition :

« Sous notre masque de scène, nous sommes quinze étudiants aux âges, parcours et rêves différents. Réunis autour d’une même passion, le livre, nous formons la promotion 2014/2015 du Master 2 Métiers de l’édition de l’université Paris Sorbonne. Notre mission, acceptée avec défi, est de publier un ouvrage aux formats papier et numérique, qui sera commercialisé à l’occasion du Salon du livre de Paris 2015. Sous forme d’anthologie, cet ouvrage regroupera des contributions de nature diverse, bizarre et imprévue sur le thème qui donne à notre promotion une identité singulière : le piratage du coup de foudre, ou comment faire renaître le coup de foudre à l’heure du numérique et des réseaux sociaux grâce au piratage. Pour mener notre projet à bien, un parcours du combattant s’ouvre à nous : de la sélection des textes à leur correction, en passant par la réalisation de la maquette graphique et la négociation avec les fabricants et imprimeurs jusqu’à la promotion du livre, nous prendrons en charge la totalité de la chaîne éditoriale. »

Pour en savoir plus, rendez-vous sur :


Pour découvrir d’autres avis sur ce livre, je vous donne rendez-vous chez : 



Merci aux éditions Hackoeurs et à Babelio pour leur confiance et l’intérêt qu’ils portent à Ma bibliothèque virtuelle.

dimanche 10 mai 2015

Prince captif, tome 1 : L’esclave – C.S. Pacat

Faisant partie du Ladies club, j’ai reçu quelques jours avant le salon du livre un petit courrier qui me proposait de venir délivrer un Prince… Je n’étais pas vraiment tenter par cette nouvelle saga mais lors d’une discussion avec Aurélia, l’attachée presse de Milady romance, je me suis laissée tenter. Il faut dire que Aurélia a très bien su me le vendre…



Résumé (présentation de l’éditeur) :
Il devait être roi, il est devenu esclave.
Damen est un héros pour son peuple et le légitime héritier du trône d’Akielos. Mais lorsque son demi-frère s’empare du pouvoir, Damen est capturé, dépouillé de son identité et offert comme esclave de plaisirs au prince d’un royaume ennemi. Beau, manipulateur et mortellement dangereux, son nouveau maître, le prince Laurent, incarne ce qui se fait de pire à Vère. Mais dans la toile mortelle de la politique vérétienne, les apparences sont trompeuses. Pris dans les manigances de la cour, Damen doit s’allier à Laurent pour sa survie et celle de son royaume. Sans jamais oublier une règle vitale : cacher sa véritable identité à tout prix. Car l’homme dont il a besoin est celui qui a le plus de raisons de le haïr…


Première phrase :
« Nous avons appris que votre prince possédait son propre harem, dit dame Jokaste. »


Nombre de pages :
Milady : 316 pages.


Mon avis :
Je sais par avance que je vais avoir beaucoup de mal à écrire mon avis sur ce livre. En effet, bien que la lecture ne soit pas été une déception (il faut dire que je n’attends rien de cette lecture), elle n’a pas non plus été passionnante. Je ne me suis pas non plus ennuyée mais je n’ai ni été emportée par l’histoire ni envoûtée par les personnages.

L’histoire est assez simple, un prince se fait ravir le trône par son demi-frère à la mort de leur père. Pour être sûr que le premier ne reprendra pas sa place légitime, le second l’offre en tant qu’esclave à un royaume ennemi, une façon de faire la paix avec celui-ci.
Qui dit royaume dit manigances politiques. Ce premier tome est totalement bercé dedans mais cela n’est pas lourd, ça se fait naturellement. En tant que lectrice, on ne s’y perd pas trop. Il n’y a pas de réelles surprises non plus…
Il n’est pas seulement question de politique mais aussi de sexualité. La sexualité a une place assez étrange dans le royaume de Vère… Si l’érotisme est parfois présent, il est écrit de façon simple et sans aucune vulgarité. Il s’agit principalement de suggestion et rien de plus.

Les personnages sont assez nombreux. D’ailleurs, l’auteure nous propose un récapitulatif des personnages en début de tome afin de bien pouvoir les situés entre eux. Ce récapitulatif m’a fait un peu peur car je me suis dit que j’allais complètement me perdre entre les personnages mais finalement non. Les choses sont assez claires. Cela vient sûrement du fait que l’on est d’abord dans le royaume de Akelios et ensuite dans celui de Vère ainsi on ne se mélange pas entre les personnages.
Les plus importants sont aux nombres de trois : Damen, Laurent et le Régent. D’autres personnages comme Nicaise ou Erasmus jouent un rôle important dans les manigances politiques tout en étant beaucoup plus discrets.
De façon générale, les personnages m’ont laissé de marbre, je ne les ai ni apprécié ni détesté… Il y a juste pour Erasmus pour lequel j’ai eu un petit attachement bien qu’il soit assez peu présent.

La plume de C.S. Pacat est simple, pas désagréable mais elle n’a pas su me faire ressentir les émotions des personnages ou ne serait-ce qu’un peu de suspense concernant leur situation.

Pour conclure, je n’ai rien à reprocher à ce premier tome seulement je n’ai pas été envoûtée par l’histoire, je ne me suis pas attachée aux personnages (je ne les ai ni aimé ni détesté). Je préfère donc m’arrêter là pour cette saga.


L’auteure (présentation de l’éditeur) :

C.S. Pacat a beaucoup voyagé et vécu dans des villes aussi diverses que Tokyo au Japon et Pérouse en Italie. Elle s’est installée récemment en Australie.

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à aller faire un tour sur :
son blog (en anglais) 


La maison d’édition :

« Le label Milady a été créé par les éditions Bragelonne le 6 juin 2008. Il est spécialisé comme la maison mère dans la publication de livres de fantasy, de terreur et de science-fiction. Il publie des titres en grand format et en poche, des textes inédits, des rééditions et des licences. ».

Pour en savoir plus, rendez-vous sur :
le blog
la page Facebook
le site internet


Pour découvrir d’autres avis sur ce livre, je vous donne rendez-vous chez : 



Merci aux éditions Milady et à Aurélia pour leur confiance et l’intérêt qu’elles portent à Ma bibliothèque virtuelle.