samedi 28 mars 2015

Létal, tome 3 : Secrètement vôtre – Cynthia Eden

Ayant été conquise par les deux premiers tomes, c’est avec grand plaisir que je me suis lancée dans celui-ci. Il n’a d’ailleurs pas fait long feu malgré la fatigue et les journées bien remplies.



Résumé (présentation de l’éditeur) :
Rattrapée par son passé…
Malgré ses blessures, Samantha Kennedy, agent spécial du FBI, n’a pas hésité à se jeter dans les bras d’un bel inconnu pour une nuit sauvage et passionnée. Même si elle a ensuite fui son lit à l’aube. Mais Max Ridgeway, brillant chef d’entreprise, n’est pas homme à s’en contenter. Il est prêt à tout pour conquérir la mystérieuse jeune femme. Et lorsque le frère adoptif de Max est kidnappé, le couple se trouve entraîné dans une traque sanglante qui contraint Samantha à dévoiler ses plus sombres secrets…


Première phrase :
« Je pensais que tu aurais plus de valeur. »


Nombre de pages :
Milady : 281 pages.


Mon avis :
C’est avec grand plaisir que j’ai retrouvé l’équipe de la Sérial Service Division dans une nouvelle enquête. Cette fois, il s’agit d’un tueur en série qui s’en prend au fils de… Si leurs parents ne payent pas la raison, il les tue d’une façon affreuse et dépose les corps dans des lieux appartenant aux familles visées. Qui est ce tueur ? Une personne jalouse ? Un pauvre ? Vous serez surpris pas le coupable.

Pour mener cette enquête, c’est Luke qui est choisi pourtant il va avoir besoin de l’aide de Samantha. En effet, celle-ci se retrouve mêlée à l’enquête. Le frère de son nouvel amant a été enlevé par le tueur. Le méchant de l’histoire interdit à la famille de prévenir la police. Ainsi la présence incognito de Samantha va permettre à notre équipe spécial de résoudre cette nouvelle enquête. Y arriveront-ils avant avant que Quinlan soit tué à son tour ?
Dans le premier tome de cette saga, nous avions déjà entendu parler de Samantha, ainsi nous la connaissions un peu. Pourtant, c’est une facette plus personnelle que nous découvrons ici. J’ai beaucoup aimé ce personnage. Elle est forte mais si elle en doute. J’aime sa façon de voir de les choses, de relativiser malgré l’enfer qu’elle a vécu.
Max, l’amant de Samantha est assez difficile à cerner mais je me suis peu à peu attacher à lui.
J’ai été contente de retrouver Luke et Monica même si on ne les aperçoit que très rarement. Par contre, aucune nouvelle de Kenton et Lora ce qui est dommage.

Cynthia Eden a très bien menée son enquête. Je n’ai pas identifié le coupable avant que l’auteur nous le révèle. A aucun moment, je n’avais soupçonné ce personnage d’être responsable de ces boucheries.
Une fois de plus, l’auteure a su parfaitement mêler enquête et histoire d’amour. C’est vraiment le point fort de cette saga.

Pour conclure, un troisième tome passionnant. L’enquête et l’histoire d’amour se mêlent parfaitement. La première est rondement menée tant dis que la seconde est agréable à lire.


L’auteure (présentation de l’éditeur) :

Première de sa promotion lors de brillantes études de communication et de sociologie, Cynthia Eden a commencé par travailler pour le journal de l’université. Elle s’est rapidement rendue compte qu’écrire de la fiction était bien plus amusant que de se cantonner aux faits. Elle a exercé les métiers d’enseignante et de conseillère d’orientation avant de se consacrer pleinement à l’écriture.

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à aller faire un tour sur :
sa page Facebook (en anglais)
son site internet (en anglais)


La maison d’édition (site internet) :
« Le label Milady a été créé par les éditions Bragelonne le 6 juin 2008. Il est spécialisé comme la maison mère dans la publication de livres de fantasy, de terreur et de science-fiction. Il publie des titres en grand format et en poche, des textes inédits, des rééditions et des licences. »

Pour en savoir plus, rendez-vous sur :
le blog
la page Facebook
le site internet


Pour découvrir d’autres avis sur ce livre, je vous donne rendez-vous chez : 



Merci à Aurélia et aux éditions Milady pour leur confiance et l’intérêt qu’elles portent à Ma bibliothèque virtuelle.


vendredi 27 mars 2015

Deux jours au Salon du Livre de Paris 2015

Après un an d’attente, c’est enfin le retour du Salon du Livre de Paris. Un évènement qui permet de rencontrer des bloggeuses, des auteurs, des attachées presse… mais aussi de faire le plein de livres et de dédicaces. Je me suis mis à la diète côté achat de livres depuis début 2015 afin de pouvoir me lâcher lors de ce salon.

Le problème de ce salon c’est qu’il a un coût important. Entre le trajet, l’entrée du salon, l’achat des livres, les repas et le logement, c’est rapidement un moyen de se ruiner.
Plusieurs semaines avant ce grand événement, je me suis lancée à la recherche d’entrée gratuite. J’ai tenté la demande d’accréditation presse auprès du Salon du Livre mais bon cette année, les bloggeurs étaient quelques peu boudés. J’ai donc parcouru la toile à la recherche de concours. C’est finalement Les amis du Père Castor qui m’ont permis de venir passer le samedi et La petite tortue qui m’a permis d’y aller le dimanche (désolée pour ton accident, j’espère que tu seras là l’année prochaine).
Une fois les entrées en main pour les deux jours, il fallait trouver une solution pour le trajet et surtout pour l’hébergement. Covoiturage pour l’aller et train pour le retour m’ont permis de faire quelques économies. Marine a gentiment accepté de m’héberger le temps d’une nuit.

Je crois que ça a été la semaine la plus longue de l’année. J’avais l’impression qu’elle ne passait pas. Heureusement, le vendredi soir est arrivé. Il était temps de préparer mes affaires.
Attention à ne rien oublier entre le billet de train, les places d’entrées, mon programme, la clé de Milady pour délivrer le mystérieux Prince captif sans oublier mon sac Rebelles récupéré l’an dernier pour transporter les livres.



Samedi 21 mars

Je suis arrivée au Salon du Livre, le samedi aux alentours de 11h30.
Pas de temps à perdre, je file vers le stand éditions Rebelles pour acheter le second tome de Touch : Réminiscence de Danielle Guisiano. J’avais raté l’auteure l’an dernier mais cette année, c’est bon. Un échange très rapide (et oui, je suis timide) mais très sympathique. L’auteure a même accepté de poser pour le blog.



Par contre, comme l’année dernière, je suis assez déçue de l’organisation du Stand. C’est assez compliquée de pouvoir approcher le stand pour regarder les livres, encore plus pour en acheter un. En effet, cette maison d’édition est très proche des bloggeurs. De ce fait, les bloggeurs sont très nombreux à venir papoter avec l’éditrice et ainsi il est compliqué d’être là pour acheter. Certes, c’est un côté positif, cette proximité mais d’un autre côté ça peu en décourager plus d’un. Pour ce faire pardonner, cette année, je n’ai pas eu le droit au sac mais à un joli badge au couleur de la maison d’édition.

Je me suis retrouvée sur le stand en même temps que Nathalie. Ça été l’occasion d’un petit selfie histoire d’immortaliser notre rencontre.



C’est aussi sur ce stand que j’ai retrouvé Marine avec qui je passe le weekend Salon du Livre. On ne s’était que très rapidement croiser l’année dernière donc cette année on en profite.

Aller c’est partie, direction les différents stands où nous avons prévu de dépenser des sous. Entre autres, nous sommes passées chez J’ai lu, Harlequin, Robert Laffont…

L’heure de manger est arrivée. Direction le coin pique-nique.

Le marathon des dédicaces commencent dès 13h30 avec Angélique Barbérat pour L’instant précis où les destins s’entremêlent sur le stand J’ai lu. A notre grande surprise, il n’y avait pas grand monde ainsi l’attente a été assez rapide. J’ai quand même profiter de cette attente pour papoter rapidement avec Karline qui attendais pour une autre auteure.
Revenons-en à Angélique Barbérat, une auteure très sympathique mais très timide. L’échange a été rapide mais agréable.




Marine souhaitait une dédicace de Emily Blaine nous nous sommes donc rendues sur le stand Harlequin. Et là, surprise, il y a déjà pas mal d’attente et la file ne fait que s’allonger. Nous rencontrer d’autres lectrices très sympathiques avec qui nous échangeons. Les éditions Harlequin nous offre des sucettes en forme de cœur pour patienter et Emily Blaine des Chamallow. Nous avons profité de cette attente pour faire une photo souvenir avec Marine.



La rencontre avec Emily Blaine était juste géniale. L’auteure est super sympa, drôle, elle prend le temps de discuter avec ses lecteurs… Ça m’a donné envie de découvrir sa plume.



15h est arrivée, il est donc temps d’aller s’installer dans la file d’attente de Marc Levy pour une petite dédicace bien rapide. Pendant cette attente, nous sommes parties dans différents délires avec Marine. Nous avons réfléchi à un écrire un livre sur comment kidnapper un auteur en 10 leçons, puis nous avons prévu d’en écrire un pour que les auteurs puissent parer les attaques des lecteurs. La folie nous a ensuite pris à cause d’un mal au pied grandissant. Nous avons émis le projet de piquer une chaise qui traînait sur le stand Robert Laffont, puis avons prévu de venir avec un fauteuil roulant l’an prochain mais finalement pas très pratique, pourquoi pas un déambulateur avec petit siège ? Pour finir, nous ouvrirons finalement un stand de location de chaise l’an prochain sur le Salon du livre donc n’hésitez à venir nous louer vos chaises l’an prochain ;).
L’attente arrive à sa fin. Nous apercevons Marc Levy mais aussi Nikos Aliagas.



Enfin, c’est notre tour. Marc Levy est très sympathique, il prend même le temps de poser pour le blog.





L’attente pour Marc Levy a eu raison de nos pieds, nous nous dirigeons donc tranquillement vers le lieu de la conférence sur la Romance Young adulte.
Au passage, je découvre les éditions A contre sens et l’auteure Lydie Lemaire Williams. Je n’avais pas prévu d’achats ici, mais je me suis laissée tenter pour le futur cadeau d’anniversaire du frère de mon filleul. Son premier livre dédicacé.



Nous arrivons en avance sur la scène de la conférence. C’est la fin du Cosplay. Nous patientons quelques minutes puis c’est partie pour une heure sur la Romance Young Adulte.



Cette conférence est animée par Karen. Cat Clarke, Charlotte Bousquet et Georgia Caldera sont les trois auteures présentes pour nous parler de ce sujet.



Je suis un peu déçue de cette conférence. Je n’ai rien appris. A part le fait, qu’apparemment il y a une différence entre romance et histoire d’amour. En effet, Autant en emporte le vent ne serait pas une romance pour Karen car les romances doivent toujours bien se terminer. Qu’en pensez-vous ? Les questions étaient principalement centrées sur les écrits de Cat Clark et de Charlotte Bousquet. De ce fait, on avait quelques peu l’impression que Georgia Caldera était hors thème. Quelques répétitions dans les questions étaient un peu agaçantes. De plus, j’ai trouvé dommage qu’il n’y ai pas plus d’échange entre les auteures.

Cette conférence m’aura au moins donné envie de découvrir Kiss in the dark de Cat Clark. D’ailleurs l’auteure a l’air vraiment très sympathique, simple et très joyeuse. Ca donne le souhait de connaître un peu plus sa plume.



Les livres de Charlotte Bousquet ne m’ont pas vraiment tenté mais j’ai adoré les chaussettes de l’auteure. Je sais aucun rapport avec le sujet mais mes yeux ont été attirés, ce n’est pas de ma faute.



J’ai apprécié le fait que Georgia Caldera soit la seule à regarder le public. En effet, les autres auteures s’adressaient à Karen et pas au public. De ce fait, on se sentait parfois un peu de trop. En tout cas, cette conférence aura eu le mérite de donner envie à Marine de lire le second tome des Larmes rouges.



Pour terminer cette journée, direction le stand J’ai lu pour la dédicace de Georgia Caldera. Comme toujours, elle prend le temps de discuter avec ces lecteurs. Certes l’attente est longue mais ça vaut le coup.



Dimanche 22 mars

Après une petite nuit, je suis de retour au Salon du Livre en compagnie de Marine et une amie à elle, Anne-Sophie. La journée de dimanche s’annonce moins chargée que celle de la veille et heureusement car je suis plutôt fatiguée.

Premier arrêt au stand Milady où je n’avais pas eu le temps de m’arrêter la veille. Je vais aller délivrer mon Prince captif. Il s’agit en réalité, des épreuves non corrigées d’une nouvelle saga dont les deux premiers tomes seront publiés chez Milady Romance fin mai 2015.



Honte à moi, je n’ai pas pris en photo la cage de notre Prince captif mais heureusement Francesca l’a fait.



J’ai aussi pu faire la connaissance d’Aurélia, l’attachée presse de Milady Romance. Une jeune femme très sympathique avec qui j’ai papoté quelques minutes. Elle a su me donner envie de découvrir la nouvelle saga. J’ai aussi retrouvé Karline et Mylène avec nous avons papoté un petit peu.

En attendant, ma première dédicace du jour, je me suis promenée à la recherche d’un livre sur Pâques pour mon filleul. La chance m’a souri chez Gallimard où l’auteur du livre acheté était en dédicace. A tout juste un an, mon filleul aura sa première dédicace de Antoon Krings.



Il est l’heure d’aller chez le Diable Vauvert pour une dédicace de Titiou Lecoq sur La théorie de la tartine. L’auteure est adorable, très abordable et sympathique. Elle m’a donné envie d’acheter son précédent livre publié chez Bayard.





Je retrouve Marine qui attend pour une dédicace de Agnès Ledig. Oups, je me rends compte que j’ai totalement oublié la conférence de Maxime Chattam, tant pis. Par contre, les fans n’ont pas oublié sa dédicace. Elle ne commence que dans trois heures et ils sont déjà bien nombreux à patienter.

Notre estomac réclame à manger. C’est l’occasion de croiser Marmotte des Bouquinautes et de papoter un peu avec elle.


Une petite photo souvenir avec Marine et Anne-Sophie et nous voilà repartie dans la chasse aux livres. Petit passage chez J’ai Lu, entre autres pour que Anne-Sophie achète Hors de portée de Georgia Caldera ainsi que sur le stand des éditions Harlequin pour que j’achète un livre d’Emily Blaine malheureusement, il n’y en a plus. Nous passons rapidement sur le stand d’Albin Michel, histoire de prendre une photo du beau Maxime Chattam. 



Direction la salle connexion pour la conférence sur la Romance. Nous retrouvons à nouveau Mylène et Karline.



Emily Blaine, Louisa Méonis, Cécile Chomin et Angela Morelli sont très souriantes, drôles… On voit qu’elles sont heureuses d’être là. Elles nous ont donné l’impression d’être des femmes comme tout le monde et ça c’est génial.



Une conférence très intéressante qui m’a donné envie de découvrir encore plus la plume d’Emily Blaine ainsi que celle de Cécile Chomin. Si vous voulez en savoir plus sur cette conférence, aller faire un tour sur le blog de Karline qui a fait un compte-rendu très détaillé.


Et voilà, l’heure du retour a sonné. J’avoue que j’étais triste de voir ce weekend ce terminer mais contente aussi de rentrer car ce n’est vraiment pas de tout repos. Une chose est sûre, j’espère bien être à nouveau présente l’année prochaine.

Pour terminer, une petite photo pour vous montrer à quel point j’ai été raisonnable…



Pour plus de photos je vous donne rendez-vous ici.

jeudi 26 mars 2015

Contes de filles, tome 1 : Opération Cendrillon – Hope Tarr

Que voulez-vous, je suis une fille qui adore les contes de fées…Comment résister à un tel titre ?





Résumé (présentation de l’éditeur) :
Le plan était presque parfait… Rédactrice dans un célèbre magazine, Macie Graham est bien décidée à se venger de Ross Mannon, star de la radio, qui a critiqué son dernier article. Pour dénicher des dossiers compromettants, la jeune femme s’introduit incognito dans la vie de Ross en se faisant passer pour la gouvernante dont il a besoin pour éduquer sa fille délurée. L’animateur n’avait pas prévu de tomber sous le charme de son employée en talons aiguilles. Lorsque Macie découvre enfin le secret qui pourrait détruire sa réputation, elle ne sait plus si elle doit étouffer l’affaire au risque de perdre son travail ou la rendre publique, au risque de gâcher ce qui pourrait être un conte de fées...


Première phrase :
« On se calme, j’arrive ! »


Nombre de pages :
Milady : 184 pages.


Mon avis :
Pour les habituées de la romance contemporaine, il n’y a aucune surprise dans cette lecture. Il n’y a même pas besoin de lire le résumé pour comprendre dès les premières pages comment va se dérouler l’histoire. J’ai même réussi à savoir à quel moment les deux amoureux allaient se déclarer leur flamme, quand est-ce qu’ils allaient se disputer et quand ils allaient se rabibocher. De toute façon, on ne lit pas de la romance (en tout cas, c’est mon cas) pour le suspense mais plus pour rêver.

Cette lecture a donc atteint son but car Macie et Ross m’ont fait rêver. Bien sûr, à certains moments, j’étais quelque peu horripilé par le comportement de l’un comme de l’autre mais dans l’ensemble ce sont deux personnages attachants et sympathiques. Mention spéciale à Sam pour son comportement de petite fille gâtée mais aussi d’adolescente très touchante.

Ce premier tome porte bien son nom. Il y a quelques allusions au conte de fée Cendrillon. L’épilogue est juste inattendu et génial. Il donne vraiment envie de lire la suite de cette saga, pour découvrir de nouveaux contes de filles. Je trouve que le nom de saga est lui aussi bien trouvé. Nous sommes proches des contes de fées mais dans le monde d’aujourd’hui. Ce sont des histoires qui font rêver les grandes filles. 

Pour conclure, une romance est très sympathique à lire malgré l’absence de surprise.


L’auteure (présentation de l’éditeur) :

Hope Tarr a obtenu son master de psychologie ainsi qu’un doctorat en sciences de l’éducation avant de se rendre à l’évidence : analyser les gens ou enseigner ne l’intéressait pas. Ce qu’elle voulait plus que tout, c’était écrire ! A ce jour, Hope, auteure américaine aux nombreuses récompenses, a écrit des romances contemporaines et historiques.

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à aller faire un tour sur :
sa page Facebook (en anglais)
son profil Facebook (en anglais)
son site internet (en anglais)


La maison d’édition (site internet) :

« Le label Milady a été créé par les éditions Bragelonne le 6 juin 2008. Il est spécialisé comme la maison mère dans la publication de livres de fantasy, de terreur et de science-fiction. Il publie des titres en grand format et en poche, des textes inédits, des rééditions et des licences. »

Pour en savoir plus, rendez-vous sur :
le blog
la page Facebook
le site internet


Pour découvrir d’autres avis sur ce livre, je vous donne rendez-vous chez : 





Merci à Aurélia et aux éditions Milady pour leur confiance et l’intérêt qu’elles portent à Ma bibliothèque virtuelle.



jeudi 19 mars 2015

Les larmes rouges, tome 3 : Quintessence – Georgia Caldera

Retrouver Henri et Cornélia a été un grand plaisir pour moi. D’autant plus que j’ai eu la chance de le lire en avant-première grâce à la confiance de Georgia Caldera qui m’a proposé de lire ce dernier tome en tant que bêta lectrice.





Résumé (présentation de l’éditeur) :
« La clé du pouvoir se cache dans le sang. »
Alors que la relation d'Henri et Cornélia connaissait enfin une accalmie après les épreuves, l'arrivée surprise d'un fantôme du passé fait voler en éclats toutes leurs certitudes. Ces retrouvailles peuvent-elles être encore plus dangereuses que le Roi Sombre lui-même ?


Première phrase :
« Ces derniers jours avaient été un véritable calvaire. »


Nombre de pages :
J’ai lu : 640 pages.


Mon avis :
J’ai commencé la lecture de ce troisième et dernier tome des aventures de Henri et Cornélia avec un peu anxiété. En effet, avec la fin du second tome, j’avais peur que Georgia Caldera prenne un chemin qui n’allait pas me convenir… Et bien pas du tout. Pourtant, tout au long de ma lecture, j’ai attendu ce moment fatidique qui allait me décevoir mais non. Ce stress a joué un rôle très bénéfique dans ma lecture, j’ai tourné les pages rapidement afin de savoir comment ça allait évoluer.

Le premier tome était centré sur le passé de Cornélia, le second sur celui de Henri. Avec le troisième, l’auteure continue à nous emmener dans le passé de ses personnages et cette fois c’est Avoriel qui va en être la victime. J’ai adoré découvrir qui était réellement le méchant de l’histoire. Ce qui est horrible avec Georgia Caldera c’est qu’elle arrive à nous faire aimer (par moment) tous ses personnages même les plus détestables. Ca été le cas avec Avoriel, pour qui j’ai parfois ressenti de la pitié, de la haine mais aussi un peu de tendresse.
Ce troisième tome c’est aussi celui de la maturité pour Cornélia, celui de l’émancipation. Notre héroïne mûrie, elle prend enfin ses propres décisions. Je n’ai pas le souvenir qu’à un seul moment, elle m’ait agacé, au contraire même, j’ai apprécié ses réactions, ses actions… Par contre, Henri m’agace toujours autant à vouloir tout diriger, tout décider pour Cornélia (et les autres) comme si elle n’était qu’une enfant et pas sa compagne. Certes, il a de nombreux siècles de plus qu’elle mais est-ce une raison pour ce comporter ainsi ? En parlant de personnage masculin, je ne vous dévoilerai pas qui il est mais le nouvel arrivant m’a beaucoup surpris. Dès la fin du second, j’avais une idée de son identité (et je ne me suis pas trompée, d’où ma crainte évoquée plus haut) et je pensais l’adoré. Et finalement, pas du tout. Il m’a lui aussi beaucoup agacé, rarement touché (sauf vers la fin). Son comportement est trop proche de celui d’Henri par rapport à Cornélia. C’est une manie chez les vampires de tout vouloir diligenter ?

Comme à son habitude, l’auteure joue avec les nerfs de ces lecteurs. Elle a commencé en ne prenant pas le chemin que j’avais imaginé, elle a poursuivi en me faisait douter sur la réalité de ce qui s’était passé dans les tomes précédents mais aussi sur l’issue de cette trilogie. Et oui, avec Georgia Caldera mieux vaut avoir les nerfs solides. L’avantage c’est qu’avec tout ça, les pages défilent sans que l’on s’en rende compte.

La plume de l’auteure est toujours aussi travaillée sans pourtant être lourde. C’est agréable de lire les mots justes, les mots qui correspondent à ce que l’on ressent.
Ce dernier tome montre à quel point Georgia Caldera avait pensé son histoire, son univers et ses personnages avant d’écrire cette trilogie. On ressent l’évolution des personnages du premier tome au dernier tome, des personnages qui grandissent, mûrissent et qui apprennent à se connaître eux-mêmes grâce aux épreuves que leur réserve l’univers sombres de l’auteure.
J’ai apprécié que cette saga se termine réellement. Certes, je suis triste de quitter Cornélia et Henri mais la fin proposée par Georgia Caldera me satisfait totalement.

Pour conclure, un tome qui clôt parfaitement la trilogie. Tout au long de ce dernier tome, l’auteure continue de nous surprendre, de nous torturer. Avouons-le, nous aimons ça…
Un dernier conseil, jetez-vous sur ce roman et venez dire au revoir aux Larmes rouges.


L’auteure :

Georgia Caldera, auteure et illustratrice. Georgia Caldera est née en 1982, dans cette magnifique région qu’est la Touraine. Depuis son plus jeune âge, elle dévore quantité de livres en tous genres, avec néanmoins une affection toute particulière pour la littérature gothique, et n’hésite pas à dégainer régulièrement la plume. Avec pour auteurs de prédilection Edgar Allan Poe, Bram Stoker, Sheridan Le Fanu ou encore Anne Rice, c’est dans les univers sombres et fantastiques qu’elle trouvera son propre style. Un style qu’elle explore à la fois avec les mots, mais également à travers l’image, étant illustratrice de formation. Ainsi, c’est après plusieurs années d’études en art qu’elle décide de se tourner plus concrètement vers l’écriture, accompagnant toujours ses productions de supports visuels ayant pour but de donner aux lecteurs un aperçu de ses personnages et de leurs tourments.

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à aller faire un tour sur :
sa page Facebook
son profil Facebook
son site internet


La maison d’édition :

« Créées en 1958, les éditions J'ai lu publient chaque année plus de 400 nouveautés au format poche. La variété des titres et des genres, qui fait la richesse du catalogue, répond à l'ambition de J'ai lu d'offrir au plus grand nombre un panorama des différentes littératures actuelles. Ainsi, autour de la littérature générale qui accueille des auteurs français et étrangers, classiques ou contemporains, J'ai lu propose de la science-fiction, du fantastique, du policier, des romans sentimentaux, de l’ésotérisme, du bien-être et des romans érotiques. Les ouvrages J'ai lu sont disponibles dans les librairies, les points de vente spécialisés et les grandes surfaces, ainsi que sur les sites Internet de vente de produits culturels. »

Pour en savoir plus, rendez-vous sur :
la page Facebook
le site internet


Pour découvrir d’autres avis sur ce livre, je vous donne rendez-vous chez : 





Merci à Georgia Caldera pour sa confiance et l’intérêt qu’elle porte à Ma bibliothèque virtuelle.